FANDOM


De l'utilité des billes et des aiguilles

Par Marobar Sul

Un Nordique, un Chimer et un Dwemer entrèrent dans une taverne.

« Qu'est-ce que je vous sers, muthseras ? » demanda le tavernier.

« Donnez-moi une chope d'hydromel », dit le Nordique.

« Je prendrai une gorgée de shein – mais de bonne qualité, hein ?», dit le Chimer.

« Veuillez me servir me une infusion de chal, une bille et une aiguille de cordonnier », dit le Dwemer.

« Arf, arf », s'esclaffa le Nordique. « Par les os de Shor ! Ce petit buveur de lait veut jouer aux billes, mais il n'arrive à jouer qu'avec une seule à la fois ! »

« Au moins, je ne jure par sur un dieu qui est non seulement imaginaire, mais également décédé », dit le Dwemer, tandis que le tavernier posait sa commande sur le comptoir.

« Hein ! Quoi ? », S’étouffa le Nordique. « Je devrais vous… ! »

« Il vous a bien eu, par l'étoile d'Azura », dit le Chimer en sirotant son shein. « Un point pour vous, Dwemer. »

« D'un autre côté, les Nordiques ne sont pas assez stupides pour vénérer des démons d'un autre plan », dit le Dwemer, en mélangeant son chal.

« Boéthia and Méphala ! Vous allez trop loin ! » s'écria le Chimer, en dégainant une dague triangulaire.

« Ouais ! Faisons-lui la peau ! » Grommela le Nordique en tirant sa hache.

Le Dwemer fit tomber la bille du comptoir. Elle atterrit au sol, pile à l'endroit où le Chimer posait son pied pour assurer son coup de dague. Il trébucha et enfonça sa dague jusqu'à la garde dans le torse du Nordique stupéfait. Pendant ce temps, d'une pichenette bien dosée, le Dwemer envoya son aiguille se loger dans une fente du plancher, la pointe vers le haut. Alors que le Chimer reculait précipitamment, il perdit l'équilibre et s'écroula au sol la tête la première, se plantant l'aiguille dans l'œil, droit jusqu'au cerveau. Après quelques minutes d'agonie, le Chimer se retrouva aussi mort que le Nordique.

Le Dwemer sortit une bourse de pièce de la ceinture du Chimer et la lança au tavernier, avala l'hydromel du Nordique d'une gorgée, ramassa le pichet de shein pour en goûter une lampée puis, après un signe de tête au tavernier, il quitta la taverne avec le pichet en main. « Bon, il est temps d'aller au marché », dit-il en s'éloignant. « Il me faut une pince à os, un œuf de guar et un tire-botte. »



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .