FANDOM


Elle ne vit qu'un éclair de lune sur la lame qui s'enfonça dans la chair de l'homme à ses côtés. Il grogna, tomba à genoux, puis s'écroula sur le flanc.

« Par les Huit, » murmura Lormingga, horrifiée. Une main couverte d'écailles lui couvrit la bouche, l'empêchant de poursuivre.

« C'est fini, » dit doucement une voix rauque. Un nuage de cendres s'éleva dans l'air, la faisant tousser. Elle se demanda pourquoi l'assassin ne l'avait pas tuée, elle aussi.

Lorsque la poussière retomba, Lormingga réalisa qu'il était parti. Seule l'odeur de sang sur le sol à côté d'elle lui indiquait où son compagnon était tombé. Lorsque que ses yeux s'accoutumèrent à la pénombre, Lormingga regarda attentivement autour d'elle. Elle était seule. Elle leva ses mains jusqu'à son visage et se mit à prier.

« Kyne, ma déesse et ma guide, merci de m'avoir sauvée du peuple-lézard, » dit-elle doucement. « Nous devons les restituer à leurs maîtres. »

« Et pour ça, vous devez payer. »

Lormingga sentit la lame s'enfoncer dans sa chair avant de voir l'Argonien se redresser à côté d'elle. Sa bouche s'ouvrit et se referma sans bruit, puis sa main agrippa sa gorge là où la lame l'avait transpercée.

« Je n'avais aucune preuve de votre complicité, femme, dit l'Argonien en essuyant sa lame sur la chemise de Lormingga avant de la ranger dans son fourreau. Merci d'avoir avoué votre culpabilité avant que je ne parte. Le voyage est bien pénible, une autre Écaille d'ombre n'aurait pas aimé devoir l'entreprendre de sitôt. »

Alors que Lormingga glissait doucement au sol, l'assassin ajouta, « Nous faisons maintenant tous partie du Pacte… à l'exception des traitres comme vous. »

Puis l'assassin disparut, tout comme la vie de Lormingga.



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .